Les parcours psychomoteurs


Activités et jeux, Causeries psychomot' / 10 avril 2020

En ces temps de confinement, les bébés et enfants ont besoin de bouger. Alors pourquoi ne pas leur proposer de faire un parcours dans la maison ?

Allez ! Je suis sure que vous êtes nombreux à en faire déjà. Je vais vous présenter quelques idées.

 

Le P’tit Chat est un grand habitué des parcours et part maintenant tout seul chercher ses modules, ce qui donne le top départ de la mise en place d’un parcours. Comme nous avons un jardin, nous profitons au maximum de l’extérieur quand il fait beau mais souvent, le soir, le P’tit Chat a besoin de décharger son énergie, ses frustrations ou son stress. Il est friand de ses parcours en intérieur qui finissent souvent en moments câlins et lecture avant de ranger tout le « bazar ». 

 

Tout d’abord, les parcours ont un grand intérêt à différents niveaux :

  • offrir des situations motrices et sensorielles qui sortent du quotidien
  • mettre le corps en action 
  • travailler l’équilibre
  • entraîner les différentes coordinations motrices et oculomotrices
  • apprendre à maitriser son corps, développer la connaissance de son schéma corporel
  • appréhender les notions spatiales et temporelles

Oui, oui tant que ça. C’est pour ça que les psychomotriciens les affectionnent tant ! 

Pour faire un parcours, on aura besoin de s’adapter à l’espace de son domicile bien sûr mais également aux capacités de son enfant. Il ne sert à rien de proposer un parcours trop complexe qui mettrait en danger son enfant et risquerait de l’effrayer ou le décourager et le bloquer par la suite. 

Je ne parle pas de parcours avec des modules ou des plaques sensorielles car tout le monde n’en possède pas. Cependant sur mes photo, il y a ce matériel en plus d’éléments du quotidien détournés. 

Par exemple pour un tout-petit qui marche à quatre pattes : 

  • quelques coussins au sol pour passer dessus
  • varier les textures et les densités avec des tapis fins, des tapis mous …

  • un tunnel de tapis pour passer dessous

  • un jouet super intéressant sur le bord du canapé ou sur un tapis plié pour donner envie de l’attraper 

  • du papier bulles pour crépiter en passant dessus

  • une petite piscine pleine de balles (avec des balles qui font de la lumière c’est encore mieux pour y grimper dedans)

  • un grand carton à traverser ou une table basse recouverte d’un drap

 

Pour les marcheurs les propositions précédentes sont évidemment valables, on peut proposer en plus :

  • monter sur un marche-pied
  • laisser les tapis pliés pour faire un pont

  • utiliser un disque d’équilibre (que vous aviez acheté pour faire quelques exercices de muscu mais avouez-le qui n’a pas trop servi 😉 )

  • suivre un chemin (type route ou rochers d’une rivière imaginaire à traverser) fait avec du ruban adhésif comme du masking tape collé au sol

  • inclure des bacs remplis de semoule/lentilles/riz/cotons/farine (pour les plus audacieux) … pour y marcher dedans (avec les mains et les pieds propres, on peut se resservir de ces différents éléments pour faire des bacs de transvasement à l’infini)

  • tendre des ficelles ou des cordes pour faire une toile d’araignée à traverser (excellent pour la perception de son schéma corporel)
  • faire un point, basket, avec un seau ou un carton dans lequel on peut envoyer des balles 

 

Du moment que cela ne met pas en danger l’enfant, on peut inventer tout un tas de parcours. 

 

Petits conseils aux adultes

C’est intéressant en tant qu’adulte de verbaliser les notions spatiales (haut/bas/droite/gauche/dessus/dessous/avant/arrière/à côté/entre…), toutes ses références topologiques prennent vie pour l’enfant avec le parcours et prennent donc du sens. Idem pour les notions temporelle notamment sur l’ordre et la succession (après/avant/début/fin/en même temps…). 

Si les tapis glissent, vous pouvez placer dessous, des tapis antidérapants que l’on place habituellement sous le bac à couverts.

 

Pour les plus grands, fin de maternelle et primaire, on peut corser un peu les parcours avec des consignes. Par exemple : 

  • faire le parcours à l’envers
  • faire le parcours à l’aveugle avec un guide (on assure en tenant la main et on guide oralement). Si on a confiance dans les capacités de guidage de son enfant, on peut inverser les rôles
  • passer sur le tapis (ou autre) à la manière d’un crabe / d’un singe ou d’une autre animal
  • reproduire le parcours sur une feuille à la façon d’un plan 
  • reproduire le parcours en miniature avec du papier ou de la pâte à modeler pour ses Playmobil / Légo / Duplo / autres…
  • laisser l’enfant construire intégralement son parcours 
  • donner les consignes qui entrainent la mémoire : quand tu passes sur un objet, tu chantes telle chanson, quand tu passes sous un objet tu dis tel mot, quand tu touches telle couleur tu fais un mouvement particulier …

 

Il y a une foule d’idées avec les parcours, je pourrais écrire un article de 20 pages mais le but ici est simplement de vous donner quelques idées nouvelles ou l’envie de vous lancer dans les parcours. 

N’hésitez pas à partager avec moi vos parcours ici, sur FB sur la page Le Chat qui joue ou sur Instagram @le_chat_qui_joue .

 

Amusez-vous bien !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept that my given data and my IP address is sent to a server in the USA only for the purpose of spam prevention through the Akismet program.More information on Akismet and GDPR.