La boîte magique ou permanence de l’objet


Activités et jeux, Bidouillages / 17 janvier 2019

Abracadabra ! Disparition de la balle eeeet réapparition ! Tadammm !

Quand tu te rêves magicienne, ton enfant est ton premier admirateur ! 

Voici donc une bien belle boîte (non, je plaisante), c’est une simple boîte cadeau pour bébé dans laquelle j’ai fait un trou et qui à défaut d’être très jolie, a le mérite de ne pas coûter 30€. Car oui, en cherchant une boîte de permanence, j’ai découvert que ce n’était pas donné. Certes, elles sont bien plus résistantes aux assauts répétées des coups de mains et de têtes parfois mais avec ma boîte en carton au moins, je n’ai pas peur que le P’tit Chat s’estramasse le front contre un coin de la boîte. Ensuite, cette petite boîte est facilement manipulable car ultra-légère (ce qui pose problème pour d’autres activités par ailleurs) et elle fera l’affaire le temps de voir si ça vaut le coup d’investir dans du solide et durable.

Pour le moment niveau utilisation, je fais disparaitre les objets dans la boîte et les fais réapparaitre (sous les yeux ébahis du public en liesse).

Le P’tit Chat a 6 mois et ne s’assoie pas encore seul donc il expérimente cette boîte à plat ventre. Depuis quelques jours, il se régale de sortir les objets de la boîte soit un par un, soit en secouant la boîte comme un prunier. Et devinez quoi, il s’est rendu compte que la seconde méthode était vachement plus efficace.

Comme j’ai gardé cet article au chaud, le P’tit Chat a maintenant 8 mois et s’assoie seul depuis presque 1 mois. Du coup, ma petite boîte sert toujours à faire disparaître des objets mais maintenant il s’amuse à aller les chercher. Ici j’avais mis des tissus pour qu’il puisse facilement les saisir.

Pour la petite histoire théorique, Monsieur Piaget (genre le big boss des psy du développement des bambins des années 30) a parlé de la permanence de l’objet. Après expériences avec les sujets, il en a déduit que la permanence de l’objet apparaît autour de 8 mois. Son expérience était la suivante:  on prend deux coussins le A et le B, et on cache un nounours sous le coussin A. L’enfant cherche le nounours au bon endroit (sous A) malgré qu’il ne soit plus dans son champ de vision. Ensuite (parce qu’ils sont sadiques les scientifiques) on cache le nounours sous A, puis on le ressort très visiblement face à l’enfant et on le place sous le coussin B. L’enfant va chercher sous A. Il faudra attendre ses 12 mois pour qu’il aille voir sous B. Donc pour J. Piaget cette erreur de localisation montre que la permanence de l’objet n’est pas tout à fait acquise.

Bon, en fait, des recherches plus récentes ont démontré que les bébés acquièrent cette permanence biiiien avant 8 mois, genre avant 5 mois, car ce qu’a vu J. Piaget avec cette erreur de localisation, c’était surtout l’immaturité du cortex pré-frontal et donc un défaut d’inhibition et de flexibilité mentale. Et ce sacré cortex pré-frontal met un temps fouuu à finir sa maturation. Pour vous donner une petite idée, celui de votre ado de neveu est juste en train de se finaliser (et tout de suite, on comprend mieux les réactions …). On passera sur la dégringolade dans les cas de démences fronto-temporales, histoire de ne pas se déprimer. Ceci dit, remuez-vous les méninges et les fonctions exécutives, conservez vos habitudes tout en y mêlant de temps à autres une pointe de surprise pour ne pas rouiller du lobe frontal. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *